•  Ouvrez le flacon, vous aurez l’ivresse.
    Ce roman associe la rencontre d’un acteur américain mondialement connu, Tony Curtis et une jeune étudiante, Sabrina, dont le nez incroyablement développé pourrait lui offrir des perspectives professionnelles éblouissantes dans le milieu fermé des parfumeurs.
    N’entre pas n’importe qui dans cet antre aux milles senteurs, créateurs des parfums les plus prestigieux qui se trouveront dans toutes les honorables boutiques et donneront de la personnalité à l’épiderme de chacun d’entre nous.
    Nous découvrons ainsi deux personnalités au demeurant diamétralement opposé mais qui s’attacheront amicalement faisant émerger des souvenirs et des émotions intenses.
    Les écrits de Pascal Marmet sont toujours très captivants sur le plan éducatif puisqu’en parallèle de cette touchante histoire, il nous initie avec intelligence à cette profession : son historique, les conseils créatifs pour leur réalisation, les récits des plus connus.
    Au travers d’anecdotes méconnues du monde cinématographique la destinée de Tony Curtis sera dévoilée : son enfance, ses rencontres sentimentales, professionnelles, ses doutes, ses épreuves.
    Même si vous méconnaissez cet acteur, vous serez ému par l’homme au crépuscule de sa vie contrairement à Sabrina émergeant dans la sienne avec émotion et naïveté.
    Par les mots, votre nez est entraîné dans une folle farandole, il s’émerveille, devient curieux au moindre effluve, les mystères olfactifs sont révélés, la magie des odeurs tourbillonne dans votre esprit curieux.
    Vous ne croiserez plus un flacon de cette alchimie d’essences sans vouloir vous y perdre avec insouciance et envie.
    Un parfum n’est pas une vulgaire odeur dans un liquide coloré contenu dans une jolie fiole c’est avant tout l’harmonie entre le génie d’un parfumeur et la générosité de la nature qui accepte d’enfermer une partie de son âme. Une œuvre légendaire.
    Merci Pascal Marmet pour ce roman olfactif, il a parfumé ma lecture avant d’embaumer ma bibliothèque.

     

    Le roman du Parfum de Pascal Marmet

     

    Date de parution : 7 décembre 2012

    Éditions : Éditions du Rocher

    ISBN : 2268074757


    votre commentaire

  • De profundis est un étrange voyage, un conte dans un univers onirique, une légende que l'on raconterait aux marins pour leur recommander d'être prudent en mer.
    Très peu de personnages illustrent cette bande dessinée : Jonathan Melville le héros, le commandant du bateau, deux jeunes filles aux doux attraits, un bébé sirène, un gardien de phare, des sauveteurs réels ou irréels, et la compagne du héros.
    Le tout bercé par les océans et une île pleine de tous les dangers où personne n'en revient.
    Les éléments se déchaînent et se succèdent : tempête, monstres marins, êtres surnaturels. Qui est le plus dangereux ?
    Chaque vignette est soignée (de petites œuvres d'art), les teintes sombres aux couleurs choisies préparent le lecteur à d'inquiétantes rencontres, comme lorsque l'on avance dans une pièce mal éclairée, nous ouvrons les yeux et l'esprit pour en découvrir tous les mystères. Certaines images offrent une double interprétation.
    Le personnage principal est confronté à des évènements étranges, qui peuvent s'expliquer de façon rationnelle mais aussi irrationnelle. Le lecteur reste dans le doute, hésitant à la frontière du réel et de l'irréel, sans vraiment se décider. de ce doute naît le trouble, puis l'angoisse.
    Dans le mythe d'Ulysse, les marins s'attachaient au mât pour ne pas être ensorcelés par les sirènes. Dans De profundis, ce sont les sirènes qui attachent le héros pour le garder à jamais sur l'île.
    On s'interroge sur l'issue de cette aventure. Est-il nécessaire de connaître la fin ?

    Date de parution : 20 avril 2011

    Éditions : Éditions Paquet

    ISBN : 978-2-88890-399-4

    Pages : 102


    votre commentaire
  •  

    L'écharpe douce aux yeux de soie : Nouvelle - d'Edith Azam

     
    L'objet-livre est avant tout une belle introduction à l'histoire.
    Le choix de la texture du papier, doux au touché est une invitation à la lecture.
    L'alternance entre le récit et les pages de tissu donne à ce livre une identité particulière, comme un cadeau de la vie.
    Cette courte nouvelle, nous raconte un moment de la vie d'un enfant de 9 ans hospitalisé pour une maladie grave et de son professeur de géographie qui deviendra son amie.
    Nous sommes portés par sa perception de vivre ces moments difficiles.
    Pour cet enfant, tout est poésie et humour avec une pointe d'angoisse sur sa maladie qui donne au lecteur une réflexion sur sa vie, sur l'existence si fragile de l'être.
    J'ai eu beaucoup de plaisir à le lire plusieurs fois, découvrant à chaque lecture de nouvelles perceptions, tous les mots ont leur importance et enveloppent le lecteur dans "une douce écharpe de soie".
     

    L'écharpe douce aux yeux de soie : Nouvelle - d'Edith Azam

    Date de parution : 1er septembre 2009

    Editions : Atelier de l'agneau

    ISBN : 9782930188386


    votre commentaire
  • Le Roman du café de Pascal Marmet

    Le café « c’est plus qu’un simple breuvage, c’est une potion magique » et ce roman en est le précieux grimoire. Je me suis laissée conter l’aventure de cet or végétal à travers son histoire, ses légendes, ses secrets par les nombreux savoirs de Julien, érudit modeste et attachant où sa vie est loin d’être un long fleuve tranquille. Ce roman est aussi son histoire dans lequel nous sommes sensibles à son parcours chaotiques, et en apprécions l’émotion qui s’en dégage.
    Le décor est planté, le grand-père de Julien, torréfacteur est un être malveillant, inhumain, amer qui a condamné son petit-fils du meurtre de sa fille le jour de sa naissance. Julien porte ce lourd fardeau et tente d’en payer le prix par son travail à la boutique et son apprentissage de tout ce qui touche au café, il espère ainsi se faire pardonner d’être un meurtrier au berceau. Mais après avoir dit que Nespresso faisait un bon café, son grand père ne se contrôle plus et le jette dehors sans ménagement. A 20 ans, submergé par la douleur il se réfugiera chez son amie Johanna, pétillante amie, ses yeux également puisqu’il en est privé, elle lui offrira une joie de vivre communicative et une bouffée d’amitié. Leur parcours se transformera en doux périple, en voyage dans les souvenirs d’enfance de Julien, où par procuration des mots nous entamons nous aussi un processus de développement personnel pour faire renaître la lumière intérieur qui sommeille en nous.
    Ce précieux jus noir qui a caressé nos papilles en traversant les siècles, flatte nos sens, tout y est : le goût, la vue, le toucher, l’odorat et l’ouïe par les nombreux récits qui savent avec une infinie justesse nous décrire ses impénétrables confidences. Le café est sublimé, parait de ses plus beaux atours.
    De façon magistrale, vous êtes emportés dans un extraordinaire voyage et dans de merveilleuses histoires à la découverte de ces rubiacées.
    Incontournable boisson présente dans tous les milieux sociaux, dans tous les pays, elle rassemble, permet toutes les ouvertures d’esprit, délit les langues philosophiques, poétiques. Chacun peut se reconnaître, qui n’a jamais bu au moins une tasse, qui n’en a jamais offert pour le plaisir du partage ?
    Après chaque page, vos doigts prennent peu à peu le goût exquis de cet élixir. Vous renoncez à tous vos codes, aux règles dictées par une société consommatrice privilégiant trop souvent la beauté avant le goût.


    Merci Pascal Marmet pour ce merveilleux roman, votre écriture m’a apporté un doux ravissement, je vous ai lu sans modération.

     

    Date de parution : 23 janvier 2014

    Éditions : Éditions du Rocher

    ISBN : 9782268075815

    Pages : 240


    votre commentaire
  • Là est la danse d'Amy Sackville

    Ce roman reçu lors de l'opération Masse Critiques m'a enchanté par la promesse d'une envoûtante histoire unissant l'aventure et l'amour.
    Le style littéraire est une merveille dès les premières pages, le lecteur immerge tout de suite dans l'ambiance cosy d'une maison familiale remplie d'histoires et de secrets.
    On s'y sent bien, presque chez soi.
    Pour que le charme opère, il faut pourtant attendre... attendre la deuxième moitié du livre. En fait, le fil conducteur du livre est l'attente et la patience.
    L'attente d'Emily, une jeune épouse, pendant 60 ans passionnément amoureuse d'un mari explorateur qui se nourrira de la force de cette passion.
    En parallèle, une autre histoire nous est confiée, celle de Julia, héritière de cette charmante maison et de son mari Simon. Julia est imprégnée totalement de ces lieux où les souvenirs émergent sans cesse et donnent à sa vie tout son intérêt.
    L'amour est aussi le ciment de ce couple.
    Les quelques longueurs du début sont pourtant nécessaires pour bien pénétrer cette peinture littéraire.
    Arrivé à la moitié du roman, c'est l'apothéose, un cadeau offert par Amy Sackville. Comme de milliers de papillons, les mots s'envolent et s'expriment. Dans la chaleur de ce jour d'été il est impossible de les rattraper et nous dévoilent leurs secrets.
    Tout est dit et surtout les non-dits.
    De plus, le récit relaté par le journal de l'explorateur Edward Mackley, écrit il y a plus de 100 ans est poignant de douleur et de tristesse. Une agonie de douze courageux explorateurs à la conquête d'un Pôle Nord féroce qui ne se laissera pas apprivoisé.

    Date de parution : 12 janvier 2012

    Éditions : Les Escales

    ISBN : 9782365690003

    Pages : 365

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique